Malvoyant
Menu
Suivez-nous!

Foire aux questions des lignes Covoit'ici de la vallée de Kaysersberg

Pourquoi ce nouveau service de transport ?
Comment la CCVK a-t-elle abouti à cette proposition de service ?
Quel est l’intérêt d’une ligne de covoiturage ?
Quels sont les critères qui ont conduit au choix des itinéraires et des arrêts actuels des lignes Covoit’ici ?
Pourquoi il n’y a pas d’arrêt à Lapoutroie ?
Pourquoi il n’y a pas d’arrêt à Fréland ?
Pourquoi il n’y a pas d’arrêt à la gare de Fréland alors qu’il y a un parking de co-voiturage ?
Pourquoi un seul arrêt à Colmar et pourquoi avoir choisi la place Lacarre ?
Pourquoi une garantie retour uniquement de Colmar à Kaysersberg ?
L’expérimentation est-elle amenée à évoluer ?

Réponses

Pourquoi ce nouveau service de transport ?

La Communauté de Communes de la Vallée de Kaysersberg (CCVK) expérimente, d’octobre 2021 à décembre 2022, une ligne de covoiturage spontané desservant la vallée et Colmar, dans l’objectif de :

  • Diminuer le nombre d’autosolistes (1 seule personne/voiture) sur les routes
  • Offrir une solution de mobilité supplémentaire aux habitants et salariés de la vallée
  • Contribuer à l’attractivité des entreprises locales


Comment la CCVK a-t-elle abouti à cette proposition de service ?

La CCVK travaille depuis longtemps à la création de solutions de mobilité alternatives à la voiture.

Transports en commun :
La CCVK a expérimenté le Val Express, une ligne de bus sur réservation desservant la vallée, de 2013 à 2015. La fréquentation trop faible du service n’a pas permis de le pérenniser.
Plus récemment, elle a étudié la possibilité de créer une ligne de Bus à Haut Niveau de Service (BHNS) cadencée mais aucun fonctionnement à même de répondre aux besoins des habitants ne s’est dégagé.

Mobilités partagées :

La CCVK a lancé ou soutenu plusieurs initiatives : promotion de sites internet de covoiturage, aide au lancement du Transistop de l’association Pas à Pas, création d’une aire de covoiturage sur la RD415 (gare de Fréland)
Ces expérimentations n’ayant pas réussi à s’inscrire dans la durée, la CCVK a répondu en 2019 à l’appel à candidatures de la société ECOV pour la réalisation d’une étude de « covoiturabilité » de la vallée qui a démontré que le flux de conducteurs permettait de mettre en place une ligne de covoiturage spontané efficace.


Quel est l’intérêt d’une ligne de covoiturage ?

Les lignes de covoiturage combinent les avantages d’un transport en commun performant, : rapidité et fiabilité, avec les avantages du covoiturage, convivialité et cout modique.

Les arrêts sont identifiés comme pour une ligne de bus et préviennent les conducteurs en amont, tout en offrant une zone d’arrêt facile et sécurisée.

N’importe quel conducteur passant devant l’arrêt peut s’arrêter et covoiturer un passager. Les conducteurs inscrits au service sont reconnaissables grâce à un macaron Covoit’ici apposé sur leur pare-brise. Les trajets assurés par les conducteurs inscrits sont enregistrés grâce à l’échange du code conducteur afin de sécuriser les 2 parties.

La spontanéité du service rend son utilisation sans contrainte pour les conducteurs : aucune obligation, pas de détour, ni d’attente.


Quels sont les critères qui ont conduit au choix des itinéraires et des arrêts actuels des lignes Covoit’ici ?

Le public prioritaire du service étant les travailleurs, il a été décidé de créer une liaison entre la vallée et Colmar, premier pôle d’emploi des habitants du territoire. Dans la même logique, des arrêts ont été installés à proximité des principaux sites économiques : ZA de la Croix d’Orbey, ZA Hinteralspach, ZA du bas d’Orbey.

L’accessibilité du service pour les piétons et les vélos a également été un élément prépondérant dans le choix de la localisation des arrêts.

Le dernier critère essentiel est celui du temps d’attente des passagers. Les itinéraires et arrêts ont été choisis parmi les sites où les flux de conducteurs sont les plus importants afin que les passagers n’attendent pas plus de 10mn.


Pourquoi il n’y a pas d’arrêt à Lapoutroie ?


Plusieurs solutions ont été étudiées pour desservir Lapoutroie :

  • Le long de la départementale à la hauteur de Lapoutroie : L’installation d’une zone d’arrêt à cet endroit aurait été impossible sans des travaux très importants pour y réaliser un arrêt sécurisé
  • Un arrêt au centre du village : A l’écart de la départementale, cet arrêt n’aurait profité que des conducteurs habitant Lapoutroie, occasionnant une attente potentiellement longue pour les passagers. Une information des conducteurs en amont de la départementale afin qu’ils passent par le cœur de ville aurait rajouté du trafic au sein de la commune.
  • Un arrêt au niveau de la station-service/garage : Cet arrêt aurait pu profiter des conducteurs de la départementale mais il cumule plusieurs inconvénients : aménagement conséquent,  traversée des piétons (pour les trajets retour) très problématique et distance du centre de Lapoutroie peu attractive.

Un accès à vélo à l’arrêt d’Hachimette a donc été jugé pertinent grâce à la piste cyclable disponible.


Pourquoi il n’y a pas d’arrêt à Fréland ?

Cet arrêt ne profitant que des conducteurs habitant Fréland ou venant d’Aubure, il n’offre pas assez de disponibilités pour des passagers souhaitant utiliser le service quotidiennement, en particulier pour les trajets retour.


Pourquoi il n’y a pas d’arrêt à la gare de Fréland alors qu’il y a un parking de co-voiturage ?

Le critère d’accessibilité des arrêts aux piétons et aux cyclistes n’a pas permis de retenir cet emplacement.
Par ailleurs, un arrêt à la gare de Fréland n’étant intéressant que pour les trajets à destination de Colmar, les arrêts de Kaysersberg peuvent répondre.


Pourquoi un seul arrêt à Colmar et pourquoi avoir choisi la place Lacarre ?

La desserte de Colmar est très complexe à assurer car le flux des conducteurs se diffuse énormément en arrivant à Colmar et les destinations sont nombreuses.

Un arrêt excentré, vers les casernes du 15.2 par exemple, aurait profité de nombreux conducteurs, mais serait trop éloigné des destinations des passagers. Un arrêt plus proche du centre-ville rapprocherait une majorité de passagers de leurs destinations mais diminuerait le potentiel de conducteurs.

Un arrêt à la gare n’assure pas un passage de conducteurs suffisant pour une prise en charge rapide des passagers dès l’ouverture de la ligne. Toutefois, le succès que rencontre la ligne depuis son lancement pourrait rendre cet arrêt possible.

Il faut aussi tenir compte des contraintes propres au milieu urbain qui empêchent d’installer un arrêt à de nombreux endroits.

L’arrêt Lacarre, même s’il occasionne un léger détour, permet :
- un arrêt aisé pour le conducteur
- de profiter d’un flux de conducteurs important se rendant dans la vallée
- d’utiliser la navette gratuite de Colmar pour un accès facilité à tout le centre-ville


Pourquoi une garantie retour uniquement de Colmar à Kaysersberg ?

L’étude de covoiturabilité réalisée avant la création du service a montré que la circulation suffisait à offrir un service de qualité aux passagers pour les trajets internes à la vallée et les trajets « aller » entre la vallée et Colmar mais que les trajets « retour » entre Colmar et la vallée étaient plus incertains.

Or, c’est cette destination, la plus longue et donc la plus génératrice d’émissions de gaz à effet de serre, qui est la plus intéressante.

Pour convaincre les habitants de laisser leur voiture au garage et de covoiturer, il semblait donc nécessaire de les rassurer en proposant une garantie retour.
Celle-ci prend deux formes :

  • L’indemnité siège libre : Les conducteurs qui déclarent sur l’application leur disponibilité au départ de Colmar et qui s’engagent à prendre un passager en attente à l’arrêt Colmar Lacarre gagnent 0,50€/trajet, même s’ils ne prennent aucun passager. Cette disposition permet d’habituer les conducteurs à passer par l’arrêt Lacarre et offre ainsi un meilleur service aux passagers.
     
  • Le retour en taxi : Après 15mn d’attente, un taxi sera contacté par l’assistance téléphonique du service pour amener le passager jusqu’à l’arrêt Kaysersberg Pompiers. De là, il pourra facilement récupérer un autre covoiturage pour rejoindre le haut de la vallée.

Cette garantie ciblant les trajets domicile-travail, elle s’applique les soirs de semaine, de 16h à 19h.

Ces dispositions sont temporaires, elles ont pour objectif de faciliter la prise de nouvelles habitudes pour les passagers et les conducteurs et à assurer aux passagers qu’ils pourront rentrer chez eux dans des délais raisonnables.


L’expérimentation est-elle amenée à évoluer ?

La nouveauté de ce service créé beaucoup d’inconnus. Le succès des lignes de covoiturage dépend de l’implication du plus grand nombre.

La CCVK a donc choisi d’installer les premiers arrêts aux endroits les plus prometteurs. L’expérience acquise lors de cette phase d’expérimentation permettra de faire évoluer le service et d’élaborer de nouvelles solutions pour améliorer la mobilité des habitants de la vallée.


 
Communauté de Communes de la Vallée de Kaysersberg Communauté de Communes de la Vallée de Kaysersberg
31 rue du Geisbourg
68240 KAYSERSBERG
Tél. : 03 89 78 21 55
Fax : 03 89 47 36 74
Horaires d’ouverture au public
du Lundi au Jeudi 8h à 12h - 14h à 17h30
et Vendredi 8h à 12h - 14h à 17h
Consulter les sites des partenaires de la CCVK
Office de Tourisme de Kaysersberg Station du Lac Blanc Ecole de Musique de la Vallée de Kaysersberg (EMVK) Paysages de la Vallée de Kaysersberg Golf public d'Ammerschwihr
Retour en haut